À PROPOS

La Voix et l'oeil d'un dirigent 

Jeune entrepreneur : 25 ans et deux sociétés à son actif et 9 noms commerciaux !

Il n’y a pas d’âge pour entreprendre et Loïc Quiers en est la preuve à tout juste 25 ans il a déjà créer deux entreprises, une dans le secteur du nettoyage et la seconde dans la rénovation de logements et locaux commerciaux.

Dans le cadre de cette nouvelle interview, j’ai le plaisir de vous faire découvrir l’aventure entrepreneuriale de Loïc que j’ai eu la chance de connaître lors d'une convention de nettoyage à Paris.

Pouvez-vous vous présenter auprès des lecteurs ?

Je suis Loïc Quiers,  jeune entrepreneur de 25 avec à mon actif deux sociétés une dans le secteur du nettoyage et la seconde dans dans la rénovation de logements et locaux commerciaux. J’ai suivi une formation pour obtenir un BAC professionnel électrotechnique au CFAIMP à Beauzelle à coté de Toulouse et un BTS SIO (Système informatiques aux Organisations) à Carcassonne avec le Greta et ai toujours eu un goût pour l’entrepreneuriat . J’ai aussi eu la chance grâce à ma dernière société de me déplacer à travers la France de long en large pour des chantiers et d’avoir collaboré des sociétés telles que Air France, Starbucks, Mercedes-benz, Eiffage, Ibis, Engie, des grands hôtels 5 étoiles, des architectes, les administrations françaises ou encore les magasin Brice, Jules et Bizbee.

Quel conseil donneriez-vous aux personnes qui souhaitent se lancer dans une aventure entrepreneuriale ?

Ne jamais abandonner et ne jamais accepter le « NON ».

En effet, lorsque vous vous lancez, il est parfois difficile d’obtenir des premiers contrats que ce soit avec des clients ou des partenaires potentiels. Néanmoins, si vous souhaitez réellement obtenir quelque chose, rien ne vaut la ténacité (mais toujours avec respect). On ne répond pas à vos mails ? Envoyez-en un toutes les semaines jusqu’à ce que vous ayez une réponse. Un client ne veut pas signer un contrat avec vous ? Continuez à discuter avec lui.

Ne considérez pas un « NON » comme une réponse définitive. C’est une facilité pour la personne que vous avez en face de vous, alors faites en sorte que ce soit plus simple pour elle de vous dire « OUI » !

Je suis intimement convaincu qu’il est difficile de reprocher à un entrepreneur de ne rien lâcher, d’autant plus si vous n’avez pas de « track record ». Cela permettra à vos partenaires potentiels de voir que vous n’abandonnez pas, ce qui pourra potentiellement le rassurer.

Et au pire, ils ont déjà dit non, alors qu’avez-vous à perdre ?

 

Quel évènement vous a le plus marqué dans votre vie d’entrepreneur en 2018 ?

Le déménagement du siège de ma société sur Toulouse, et le changement de nom. Cela nous a permis d’avoir une très forte accélération avec de nouveau contrats,  de nouveau secteurs ouvert comme la remise en état des logements après sinistre avec FQI HABITAT et nous sommes aujourd’hui un peu plus de 30 collaborateurs avec de nombreux recrutements en cours.
Ce genre d’opération est forcément stressant, on se pose beaucoup de questions et c’est loin d’être bénin. Mais nous l’avons fait intelligemment et aujourd’hui nous nous en félicitons.

 

Comment avez-vous créé l’image de Marque de votre entreprise ? Et comment l’entretenez-vous au quotidien ?

Nous avons toujours privilégié la relation directe avec nos clients et partenaires plutôt que les relations presse. Cela nous a permis d’être très proches de nos clients.

Néanmoins, je ne pense pas qu’il y ait de formule magique sur ce sujet, cela dépend vraiment d’une entreprise à l’autre.
Nous l’entretenons au quotidien par un service de qualité, tout simplement.

 

Quels réseaux sociaux utilisez-vous ? Pourquoi ?

J’utilise peu les réseaux sociaux, mais chaque semaine nous essayons de mettre un post sur notre page Facebook Groupe F.Q.I.
Mais sinon, principalement LinkedIn, qui s’améliore au fur et à mesure des années et permet une vrai visibilité ! Ce n’est pas juste pour accumuler des contacts.

 

Qu’est-ce qui vous passionne dans l’entrepreneuriat ?

Construire quelque chose de toute pièce, transmettre et partager ses convictions, apprendre et voir évoluer son produit en traversant des succès et des échecs. Entreprendre est une vraie montagne russe, mais le plaisir que cela procure est incomparable.

Quel est votre point de vue sur l’entrepreneuriat en France  ?

Il faut entreprendre en France !
Les Français ont la critique facile sur leur pays, cela fait partie de notre culture, mais il y a pourtant tellement d’avantages à entreprendre dans l’hexagone. Nous sommes au centre de l’Europe, l’innovation est énormément soutenue par des aides et organisations et nous avons un vivier gigantesque de gens brillants et fidèles. Certes, on peut critiquer de nombreuses choses, mais l’herbe n’est pas plus verte ailleurs.

 

Pouvez-vous nous recommander 3 livres qui vous ont aidé à entreprendre ?

Je lis malheureusement peu, j’aimerai lire plus, mais je n’y consacre pas assez de temps. En contre partie je me renseigne sur l'actualité des faits divers, la bourses, sur les entreprises françaises régulièrement.